Adoptez Une Ordure !

Quand nos déchets deviennent matière première.

30 Jul

Commerce équitable Madagascar- suite

Publié par Adoptez Une Ordure !

Commerce équitable Madagascar- suite

Dans l'article précédent, j'évoquais les dures conditions de vie des malgaches puisque 75% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et je présentais l'association "Miis Art Dines" qui vient en aide aux femmes en leur donnant le moyen d'améliorer leur niveau de vie.

Aujourd'hui, j'aimerai rendre hommage à Violette et Dieudonné qui consacrent leur vie aux oubliés et laissés pour compte de la société malgache: ce couple donne une seconde chance aux chômeurs,prostituées, junkies, repris de justice et handicapés en leur donnant un travail au sein de leur atelier de ferronnerie d'Art situé à Mandroseza au milieu des rizières à quelques kilomètres de la capitale malgache.

Commerce équitable Madagascar- suite

Un couple pas ordinaire

Il y a une vingtaine d'années, ce couple hérite du petit atelier familial de ferblanterie. Anciens sportifs de haut niveau, les défis ne leur font pas peur et ils décident de mettre en échec la misère et la pauvreté et de transformer cet atelier en entreprise de réinsertion. Leur seul critère d'embauche: être sans ressources ou handicapé.

Dieudonné a suivi une formation en design et création pendant 6 mois en France. Les débuts sont difficiles, la concurrence artisanale malgache est rude. Mais Violette se charge de trouver des débouchés à la production: elle sillonne le monde à la recherche de partenaires.Aujourd'hui, l'atelier génère des bénéfices qui sont réinvestis dans l'entreprise.

Commerce équitable Madagascar- suite

Le travail de ferronnerie

Les ouvriers suivent dans un premier temps une formation de ferronnier et en échange de leur travail ils reçoivent un salaire de 22 euros par semaine et trois repas par jour.

Tous trouvent une activité quel que soit leur compétence ou handicape.

Aujourd'hui, ce sont plus de 400 personnes qui travaillent dans le bruit assourdissant des marteaux de cet atelier en plein air: enclume, fer à souder, cisailles, burins, chalumeaux... ils s'attaquent à de vieux bidons usagés récupérés dans des décharges pour les transformer en de beaux objets de ferronnerie.

Leur produit phare, c'est le baobab, l'arbre emblématique de Madagascar qui se décline en porte-bijoux, chandelier... Mais leur production est très hétéroclite : miroir, appliques murales, lampes...

Commerce équitable Madagascar- suite

Artisanat-social.

Violette et Dieudonné ne se sont pas contentés de créer un centre d'emploi.

Les nouveaux arrivants peuvent être hébergés pendant 6 à 12 mois dans une cité mise à leur disposition à proximité des ateliers.

Les familles qui ont suffisamment d'argent peuvent accéder à la propriété et construire leur maison sur le terrain acquis par l'entreprise.

Violette et Dieudonné ont créé et construit une école jusqu'au lycée pour les enfants de leurs employés qui sont scolarisés gratuitement.

Un potager a été organisé pour que l'entreprise puisse fournir à tous de la nourriture.

Bravo à ce couple qui permet à des paumés de retrouver leur dignité par leur travail.

Bravo à eux parce qu'ils le font sans compter sur une aide extérieure, d'ailleurs ils sont convaincus que l'aide financière extérieure est néfaste et nuisible au développement de leur pays.

Commerce équitable Madagascar- suite

Retrouvez les objets fabriqués par l'atelier d'Ankazobe sur le site d'Adoptez Une Ordure!

http://www.adoptezuneordure.fr/futs-industriels-en-tole-acier-upcyclee.htm

Commenter cet article

labat marie-josé 18/05/2016 14:07

Je rentre de Madagascar et j'ai acheté des souvenirs chez Violette et Dieudonné.Leur oeuvre est admirable

Anne 20/05/2016 15:59

Quelle chance d'avoir pu faire cette belle rencontre et bravo pour votre soutien par l'achat de ces souvenirs. Bien cordialement.

Archives

À propos

Quand nos déchets deviennent matière première.