Adoptez Une Ordure !

Quand nos déchets deviennent matière première.

19 Nov

Supplément d’âme. Ou quand les marques mettent en avant leurs salariés.

Publié par Adoptez Une Ordure !

Supplément d’âme. Ou quand les marques mettent en avant leurs salariés.

Quand on a démarré notre activité, il y a maintenant 8 ans, nous avions été séduits par la démarche d’un de nos fournisseurs qui pratique le double étiquetage pour ses articles : 

-une première étiquette pour mettre en avant sa marque et ses produit: Escama

-une seconde entièrement consacrée à l’artisan créateur de ses produits. Au recto de cette seconde étiquette la question « Who made this ? ». Au verso la signature de l'artisan.

Tout le mérite de la qualité de réalisation revient donc aux artisans qui ont créé chaque accessoire.

 

 

 

 

 

Ce chef d’entreprise poussait plus loin la démarche en publiant sur une page web de son site le visage de ses ouvrières talentueuses. 
Chacune d’entre elles a droit à une page où elle peut se présenter.

Supplément d’âme. Ou quand les marques mettent en avant leurs salariés.
Supplément d’âme. Ou quand les marques mettent en avant leurs salariés.

Il offre même à ceux qui auront fait un achat, la possibilité de déposer un message à l'intention de la personne dont vous découvrirez le prénom et nom, message qui sera traduit en portugais avant de leur être transmis.

 

Une jolie façon d’établir un lien entre consommateur et créateur.
Une jolie façon de mettre l’humain au coeur de l’acte d’achat.

 

Pour en savoir plus:

Une démarche qui a essaimé.
En effet. Depuis, d’autres entreprises ont repris ou se sont inspirés de l’idée. 

Ocean Sole, ONG implantée au Kenya, transforme quant à elle un déchet du 7ème continent: des semelles de tongs échouées sur les plages sublimées en sculptures toutes plus étonnantes les unes que les autres.
Désormais, les pièces aux volumes plus conséquents "les masterpieces" sont signées de la main de l’artiste sculpteur.
Sur le site, on peut également découvrir un trombinoscope présentant le visage des piliers artistiques de l’entreprise.

Supplément d’âme. Ou quand les marques mettent en avant leurs salariés.
Supplément d’âme. Ou quand les marques mettent en avant leurs salariés.
Supplément d’âme. Ou quand les marques mettent en avant leurs salariés.
Supplément d’âme. Ou quand les marques mettent en avant leurs salariés.

Découvrez leur travail

Mifuko au Kenya.
Deux amies finlandaises qui se sont rencontrées sur le banc de l’université, Minna Impio et Mari Martikainen ont  créé leur entreprise de vannerie revisitée. Elles aussi ont adopté l'étiquetage pour valoriser leurs artisans vanniers. Chaque panier ou corbeille est donc signé de leur nom.  
La mission qu’elles se sont donnée, c’est l’amélioration des conditions de vie des femmes dans les zones rurales du Kenya: ces femmes courageuses qui ont du mal à joindre les deux bouts, ou ces femmes qui ont un projet professionnel et qui ont besoin de le financer. 
Chacune de ces femmes est présentée sur le site de la marque avec une jolie photo et une présentation bienveillante

Supplément d’âme. Ou quand les marques mettent en avant leurs salariés.
Supplément d’âme. Ou quand les marques mettent en avant leurs salariés.

Découvrez leur créations

Depuis, d'autres initiatives ont vu le jour. Souvenez vous de la campagne "I made your clothes" suite au terrible accident de l'effondrement du Rana Plaza  au Bangladesh en 2013. Là il y avait eu une prise de conscience avec le collectif Fashion Revolution.

Le principe de ce mouvement: se prendre en photo avec un vêtement confectionné par ses soins et poster la  photo sur les réseaux sociaux avec le hashtag #whomademyclothes. Mais il semble que cette initiative a vite été oubliée. 

 

Supplément d’âme. Ou quand les marques mettent en avant leurs salariés.
Supplément d’âme. Ou quand les marques mettent en avant leurs salariés.

Que pensez-vous de ce concept où l'on met l'humain au coeur de la création, où les "chevilles ouvrières"  sont mises en valeur et où elles peuvent revendiquer leur savoir-faire, le soin apporté à leur travail. Et où les employeurs sont fiers du travail réalisé.

Etes-vous sensible à cette démarche?

Commenter cet article