Adoptez Une Ordure !

Quand nos déchets deviennent matière première.

04 Jun

5 juin, journée internationale de l’environnement

Publié par Adoptez Une Ordure !

5 juin, journée internationale de l’environnement

Le 5 Juin, c’est, comme tous les ans, la journée internationale de l’environnement, journée instaurée par l’ONU dès 1972.

Comme tous les ans, les nations unies proposent une thématique bien particulière. Souvenez-vous, l’an dernier l’enjeu était

« Elevez votre voix, pas le niveau de la mer » , journée consacrée aux petits états insulaires en développement.

« 7 milliards de rêves. Une planète. Consommons prudemment »

Cette année, la journée mondiale de l’environnement, ponctuera la semaine du développement durable programmée du 30 mai au 5 juin.

Et pour cette édition, l’ordre du jour sera « Sept milliards de rêves. Une planète. Consommons prudemment » pour que chacun prenne pleine conscience qu’il participe individuellement, à son petit niveau, au pillage de la planète et de ses ressources. Par nos choix de vie et de consommation, nous avons tous en tant qu’individus un impact sur la planète et sa pérennité, même si nous considérons que nous sommes quantité négligeable.

Mais ramenées à 7 milliards d’individus sur la planète, les conséquences de nos modes de vie et choix de consommation sont flagrantes et impactantes sur l'environnement.

« Même si les choix individuels peuvent sembler insignifiants face à des menaces et des tendances mondiales, lorsque des milliards de personnes unissent leurs forces dans un but commun, il est possible de faire une différence énorme.»Ban Ki- Moon, Secrétaire général des Nations-Unies.

Dette écologique

Vous avez peut-être déjà entendu ce terme. La dette écologique est un indicateur qui permet de connaître le jour où l’on a épuisé les ressources que la terre peut nous offrir chaque anné. Sachant qu’il faut prendre en compte les ressources naturelles renouvelables- végétales, animales..- et les ressources non renouvelables telles que les minerais et combustibles. L’an dernier nous entrions en période de dette écologique dès le 19 août.

La dette écologique est un indicateur qui permet d’estimer l’écart entre ce que la nature peut offrir et les besoins nécessaires pour faire vivre l’humanité. Cet indice est calculé par l’ONG canadienne GFN– Global Footprint Network- et la fondation anglaise- New Economics Foundation.

Au fil des années, la date de cette dette écologique est de plus en plus précoce. Elle a été constatée dès 1970. Et à titre indicatif, en 1980 le dépassement est daté au 8 novembre. En 2000, c’était le 8 octobre et en 2009, le 7 septembre.

5 juin, journée internationale de l’environnement

1 planète, 1 planète et demie...autre critère de mesure

On peut également quantifier nos prélèvements annuels en terme de « planète ». Combien nous faut il de planètes pour assurer nos besoins au cours d’une année calendaire?

Rien ne vaut un bon schéma , sachant que les écarts de consommations entre pays développés, pays émergeants et pays sous-développés est phénoménale. La simulation pour les prochaines années est édifiante.

Autre schéma:ci-dessous, des pays débiteurs qui vivent au dessus de leurs ressources territoriales.

5 juin, journée internationale de l’environnement

Les alternatives? Elles existent bel et bien.

Il faut bien évidemment commencer par modifier nos modes de consommation.

Cela passe par la lutte contre le gâchis alimentaire notamment contre nos préjugés envers ces fruits et légumes qui ne remplissent pas les canons de « beauté » que les revendeurs veulent nous imposer. Comme si on achetait de la nourriture pour la regarder et non pour la cuisiner! Il ne faut ne pas confondre non plus DLC et DLUO. Et il faut aussi gérer ses achats afin de ne pas remplir la poubelle.

Cela passe aussi par une réduction de nos achats superflus, ou achats compulsifs. Réfléchissons à nos priorités et à nos véritables besoins! C’est vrai, nous sommes sollicités tous les jours par ces achats à bas coût très tentants. Mais en avons-nous vraiment besoin?

Cela passe également par le tri sélectif qui permet la réutilisation des matières et matériaux qui sont recyclables ou upcyclables, limitant ainsi nos prélèvements sur les ressources offertes par la nature.

Que nos déchets aient officiellement un statut reconnu, celui de matière première!

Parce que si vous avez parcouru notre site, vous avez pu constater que l’on peut créer de véritables objets du quotidien qualitatifs, au design qui n’a rien à envier à leurs homologues de première main.

Autre alternative: l’écoconception qui permet d'envisager la conception d'un produit de sa création à sa fin de carrière et donc son recyclage.

Si l'on veut que cette prise de conscience de la dette écologique s'ancre dans les esprits, il faut commencer par éduquer les plus jeunes générations aux enjeux du développement durable. C'est une thématique de réflexion de cette journée mondiale de l'environnement.

Commenter cet article