Adoptez Une Ordure !

Quand nos déchets deviennent matière première.

29 Mar

Des photographes engagés contre le sac plastique.

Publié par Adoptez Une Ordure !

Des photographes engagés contre le sac plastique.

Le sac plastique en quelques chiffres: c’est une seconde pour le fabriquer, 20 minutes d’utilisation et plus de 400 ans pour qu’il se dégrade.

Vous en conviendrez, le sac plastique est hautement polluant.

Et pourtant, selon le Guiness Book des records le sac plastique est le produit de consommation le plus répandu dans le monde.

Les politiques commencent à réagir

En France, Ségolène Royale l’a promis, dès le 1er janvier 2016, les sacs en plastique à usage unique n’auront plus cours.

Mais dans certains pays, la prise de conscience du danger des sacs en plastique sur l’environnement a été bien plus précoce. En 2002, le Bengladesh interdit leur utilisation parce qu’ils étaient à l’origine d’inondations. La même année, l’Irlande impose une taxe de 15 centimes d’€uro par sac distribué en caisse et très vite la consommation de ces sacs chute de 90%.

En 2011, le Kenya a interdit la fabrication et l’importation des sacs légers, quant aux sacs en plastique plus épais, il a été taxé à 120%. En octobre 2012, c’est Haiti qui interdit l’utilisation des sacs plastique pour protéger le littoral. Au Mali et en Mauritanie, ils sont interdits depuis le 1er janvier 2013.

Des photographes engagés contre le sac plastique.

Le sac plastique échappe trop souvent au tri sélectif.

Il est très léger, une fois vidé, il s’envole facilement et échappe parfois à notre vigilance: on les retrouve accrochés aux buissons, ils s’accumulent aux pieds des fourrés, ils polluent les paysages. On les retrouve également plus ou moins déchiquetés dans les océans, on ne s’en rend pas forcément compte mais les océanographes dénoncent depuis quelques années déjà,l’impact des pollutions dû au plastique sous toutes ses formes- les fameuses gyres ou le septième continent. L’association Surfrider fait régulièrement des campagnes d’affichage pour sensibiliser aux dangers du sac plastique dans les océans.

Les artistes photographes s’emparent du problème pour dénoncer cette pollution au travers de leurs clichés

Des photographes engagés contre le sac plastique.

Vilde Rolfsen crée des paysages à partir de sacs plastique qu’elle récupère dans la rue. Elle les froisse, utilise les plis et les rides pour créer des paysages de glaciers, de montagnes rocheuses, de grottes, de cavernes ou de mers démontées. Puis elle photographie ces scènes pour les figer: c’est sa façon de dénoncer le consumérisme exubérant et de sensibiliser aux déchets qui finissent enfouis.

Des photographes engagés contre le sac plastique.

Alain Delorme est un photographe qui utilise lui aussi le sac plastique pour dénoncer les mêmes effets. Par contre, il procède différemment.Ses photographies sont des trompe l’œil et sophistiqués. Quand on regarde sa série de clichés intitulée "Murmurations - Ephemeral Plastic Sculptures" , on voit ces nuages d’étourneaux qui se rassemblent en fin de journée pour investir les villes. avant de se poser dans les arbres, sur les antennes de télé… . Mais quand on y regarde de plus près, on voit que ce qu’on veut nous faire croire n’est qu’une illusion d’optique: chaque oiseau est en fait un sac plastique que l’artiste engagé a photographié un à un avant de les mettre en scène dans un savant et minutieux photomontage. Les circonvolutions aériennes harmonieuses et bien orchestrées de ces pseudo oiseaux fascinent mais angoissent à la fois, elles soulignent la fragilité de l’écosystème face à la pollution du sac plastique dont l’usage est intempestif et dangereux pour l’environnement.

Des photographes engagés contre le sac plastique.
Des photographes engagés contre le sac plastique.

Eduardo Leal, photographe portugais, s’est quant à lui rendu en Bolivie pour réaliser sa série de clichés « Plastic trees ». Là, pas de montage, Leal photographie ce que l’on constate malheureusement aux quatre coins de la planète. Son travail témoin de la dégradation des paysages à cause du sac plastique lui a valu d’être récompensé par le Sony World Photo Awards.

Peut-être connaissez-vous d'autres photographes qui, grâce à leur art, dénoncent l'inconscience de la société de consommation dans son usage du sac plastique

Commenter cet article

Archives

À propos

Quand nos déchets deviennent matière première.